Plongée dans le monde de l’accessibilité numérique chez Koena, vue par Mamadou

« Accessibilité numérique » : si vous m’aviez demandé, il y a trois mois, ce que c’est, j’aurais été dans l’incapacité de vous répondre. Le terme aurait été conceptualisé dans ma tête comme du sinogramme. Impossible à déchiffrer vu que je ne parle pas chinois. Aujourd’hui, je suis plongé dans le domaine et je me mets à converser, sensibiliser des professionnels ou des personnes de mon entourage sur l’accessibilité numérique.

Mon expérience au sein de Koena est l’une des plus enrichissantes qui soit. Mais avant tout, j’imagine que vous souhaiteriez savoir qui s’adresse à vous. Alors, je me nomme Mamadou, j’ai 25 ans et je suis étudiant en Master à l’UFR Ingémédia de l’Université Sud de Toulon. J’ai découvert Koena en cherchant un stage en communication, indispensable pour valider ma formation. Après un entretien téléphonique et 24 heures d’attente, j’ai eu une réponse satisfaisante. J’allais pouvoir entrer dans l’univers peu connu de l’accessibilité numérique. Le 24 avril 2017, j’ai commencé mon stage, et ce ne fut que le début d’une série de découvertes que j’ai le plaisir de partager avec vous.

Mes débuts avec l’accessibilité numérique

Mes premiers pas au sein de Koena furent un perpétuel apprentissage. Socrate disait avec humilité : Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. Cette citation de Socrate, l’humble philosophe, s’appliquait littéralement à l’accessibilité numérique dans mon cas. Il me fallait me familiariser rapidement avec les termes et concepts gravitant autour de l’accessibilité numérique pour commencer l’aventure.

La surprise, lorsque Armony Altinier, CEO de Koena, m’a fait savoir qu’un aveugle pouvait surfer sur internet. Là, on se pose des questions avec un sourire en coin sans le faire exprès, se moque-t-elle de moi ? La question principale : comment une personne qui a perdu la vue peut-elle utiliser un ordinateur, à plus forte raison utiliser Internet ? Ma curiosité a été piquée au vif ! En tant qu’aventurier qui n’a aucunement peur de l’inconnu, mon souhait était d’explorer ce domaine surprenant.

En peu de temps, j’ai découvert que l’essence de l’accessibilité numérique est l’inclusion des personnes handicapées. Comme le décrit le W3C, l’usage du Web est un droit pour toutes et tous. Mais cela implique le respect de certaines normes et standards.  Ainsi, avec le temps, je me familiarise avec des termes comme le RGAA, les WCAG, ARIA, le FALC. M’imprégner des lois internationales et nationale était aussi essentiel. Même si je suis dans la comm’, je trouve génial d’apprendre à faire un audit simple, un des services de Koena. Dans mon rapport de stage, je pourrai pourquoi pas adresser un mot à l’attention de la Direction d’Ingémédia pour que le site de l’UFR soit plus accessible.

Une prise de conscience des enjeux de l’accessibilité numérique, un des piliers de l’inclusion

Côtoyer le monde du handicap ainsi que de l’accessibilité numérique m’a fait prendre conscience des enjeux existants. Selon des estimations communiquées par la Commission Européenne, le nombre de personnes avec un handicap en Europe s’élèvera à 120 millions en 2020. Le simple fait d’imaginer autant de personnes exclues de la vie en société va à l’encontre des droits de ces derniers.

Ce qui manque aujourd’hui, c’est une conscience collective pour faire avancer plus vite les choses. D’où la volonté de Koena de sensibiliser sur l’importance de l’inclusion et de démocratiser l’accessibilité numérique. Endossé par Armony Altinier, Koena entend bien participer à l’accompagnement des structures désirant elles aussi apporter une pierre à l’édifice de l’inclusion. Elle n’hésite pas à se mettre à la disposition de tous pour sensibiliser ou promouvoir l’accessibilité numérique auprès des professionnels.

Aujourd’hui, beaucoup de structures ne respectent pas les droits des personnes handicapées. Comme le relevait La Voix du Nord dans un article du 10 mai 2017 intitulé «Une personne handicapée a trois fois moins de chances d’avoir un emploi», de nombreuses personnes avec handicap évolutif/acquis perdent leur emploi. Il y a aussi les personnes atteinte d’un handicap à la naissance qui ont du mal à s’insérer dans la vie professionnelle. Et pourtant, le simple fait de respecter les lois, normes et règles faciliterait l’inclusion des personnes en situation de handicap. On constate tout de même les chantiers entrepris par le gouvernement et une volonté de faire évoluer les choses. En tout cas, il y a du chemin à faire ! 

L’ambiance au sein de Koena

On pose souvent la question à savoir comment se passe le stage. D’emblée il faut savoir que Koena est une start-up où règne le bon vivre ! Créée en septembre 2016, la start-up siège au sein de la pépinière Accet à Sannois. C’est une start-up où l’ambiance est très chaleureuse. D’ailleurs, le tutoiement est de rigueur, même avec Armony.

Après plusieurs expériences professionnelles, c’est une grande première au sein d’une pépinière. J’ai été agréablement surpris de voir l’entente entre d’autres camarades startuppers et l’espace loisirs. Le travail et le loisir sont deux activités antagonistes du point de vue des motivations. Mais rien de mieux qu’un mini tournoi de ping-pong à l’heure de la pause pour décompresser et retrouver cette même énergie matinale pour continuer l’après-midi.

Partie de ping-pong à l’heure de pause entre startuppers de la pépinière ACCET

Mon expérience au sein de Koena sera fortement marquée par cette volonté d’œuvrer pour l’inclusion. La fierté de travailler pour Koena réside dans mon adhésion à la vision de Koena qui est de parler et d’œuvrer pour ceux qui ne sont pas entendus. Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche pour reprendre Aimé Césaire.

Vous l’aurez compris, à ce stade, j’ai beaucoup appris. Si aujourd’hui vous me demandiez ce qu’est l’accessibilité numérique, c’est avec grand plaisir que je vous répondrai. D’ailleurs, la définition n’est pas aussi complexe qu’elle ne paraît. L’accessibilité numérique signifie que les personnes handicapées peuvent utiliser le numérique. L’accessibilité dispose d’un numéronyme : a11y qui vous permettra d’être au diapason de l’#a11y sur les réseaux sociaux. Alors comme on le dit au sein de Koena: Keep calm and make #a11y.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.