Comment rendre les MOOC plus accessibles ?

Samedi 30 septembre dernier, France Université numérique (FUN) organisait un grand événement à la Cité des Sciences et de l’Industrie, dont on peut dire qu’il rencontra un vif succès. Koena était invitée à intervenir sur la Masterclass « Comment rendre les MOOC plus accessibles ? ».

Le terme MOOC (prononcé « mouc ») est un acronyme anglais signifiant Massive Online Open Course, que FUN a traduit par « formation en ligne ouverte à tous» .

En pratique, l’événement peut se résumer à :

  • un objectif : faire découvrir les MOOC scientifiques diffusés sur la plateforme fun-mooc.fr.
  • un programme riche : ateliers découverte, mini-conférences thématiques et présentations-éclair de différents MOOC en 180 secondes !

Retour sur cet événement.

Koena et France Université numérique : collaboration sur le projet EIFFELa pour des MOOC plus accessibles

EIFFELa est un acronyme signifiant « Expérience Innovante sur FUN pour des Formations En Ligne Accessibles ». C’est le nom d’un programme de recherche et développement visant à mettre en œuvre de nouveaux dispositifs d’apprentissage personnalisés, plus interactifs tout en veillant à une expérience utilisateur inclusive, dans le respect des normes d’accessibilité.

FUN coordonne le projet auquel participe :

  • 10 universités pilotes
  • le laboratoire public Lutin UserLab pour la partie ergonomie
  • MFP, filiale de France Télévisions dont une activité est dédiée au sous-titrage pour personnes sourdes et malentendantes
  • 3 startups développant des fonctionnalités innovantes :
    • AdWays pour la vidéo interactive
    • Glowbl pour les événements en direct avec un grand nombre de participants
    • Domoscio pour la partie apprentissage adaptatif

Dans le cadre du projet, Koena intervient pour accompagner l’accessibilité numérique. Non seulement nous intervenons sur le volet technique pour accompagner le respect des normes dans les différents développements, à la fois chez FUN et les partenaires, mais aussi sur le volet pédagogique. Ainsi, nous suivons de près chacun des 10 MOOC qui sont conçus pendant le projet dans un double objectif :

  1. accompagner les universités partenaires à prendre en compte l’accessibilité de la conception à la réalisation ;
  2. observer les pratiques, difficultés rencontrées et solutions apportées afin de concevoir un guide pour concevoir des MOOC inclusifs, qui donnera lui-même lieu en fin de projet à un MOOC dédié. Une première sur le sujet !

Masterclass : «Comment rendre les MOOC plus accessibles ? »

Koena était sollicitée pour participer à une table ronde « Comment rendre les MOOC plus accessibles ?» animée par Carole Roudeix. Carole est chargée d’accessibilité – Publics déficients visuels à la Délégation à la Qualité d’Usage et à l’Accessibilité de la bibliothèque de la Cité des Sciences et de l’Industrie. Ce fut un plaisir de revoir Carole que j’avais eu la chance de rencontrer il y a près de 10 ans lors d’une Install Party spéciale déficients visuels consistant à aider des utilisateurs aveugles et malvoyants à installer et utiliser Ubuntu, système d’exploitation libre et open source basé sur GNU/Linux.

Charles Tijus, directeur du laboratoire Lutin Userlab, participait également à la table ronde pour aborder la question de l’accès à l’accessibilité via une expérience utilisateur inclusive.

Pour répondre à la question posée (en 5 minutes…), j’ai pu décliner 3 idées clés.

1. Se former

Le savoir, c’est le pouvoir. Les concepteurs de MOOC le savent bien : leur engagement vise justement à mettre la connaissance et les compétences au service d’un public le plus large possible par la formation en ligne. Et pour pouvoir rendre des contenus accessibles, pas de secret : il est nécessaire de se former.

La formation doit être adaptée aux compétences recherchées. Pour acquérir les fondamentaux ou monter en compétences sur de la mise à jour de contenus, une formation de 2 jours est suffisante en général. Vous pouvez consulter les formations en accessibilité numérique de Koena pour avoir un exemple des programmes possibles.

2. Travailler sur l’organisation

Une fois l’équipe en charge d’un MOOC formée se pose la question de la généralisation des bonnes pratiques acquises pour l’ensemble des MOOC produits par l’établissement.

Or, la plus grosse difficulté réside dans l’hétérogénéité des pratiques :

  • intervenants multiples (cellule pédagogique, enseignants, professionnels, témoignages d’experts…),
  • la variété des supports : documents dans différents formats, animations, croquis-notes (sketchnotes), cartes, études de cas, vidéos interactives…
  • la complexité des organisations : parfois l’enseignant fournit le gros des documents sur lesquels il est difficile de revenir, parfois l’équipe pédagogique en charge de la coordination des MOOC participe aussi à la conception et à la réalisation.

Pour répondre à un tel défi, qui nécessite de connaître le contexte spécifique à chaque projet, nous pouvons orienter vers 2 outils utiles dans tous les cas :

  • la désignation d’une personne référente en accessibilité numérique en interne : l’objectif est de permettre à l’organisation de s’approprier le sujet. Cette personne sera la boussole de l’organisation en matière d’accessibilité numérique. Il est bien entendu nécessaire que cette personne soit formée en priorité, mais elle n’a pas forcément besoin d’être une experte ni de savoir coder. Sa mission principale est le suivi du sujet, la coordination et l’orientation des équipes dans l’organisation.
  • une page accessibilité par MOOC, qui peut être pensée comme un mode d’emploi ou une page d’aide à destination des utilisateurs ayant des besoins spécifiques. L’idée est de leur indiquer ce qui a été fait concernant le MOOC pour le rendre accessible : sous-titrage, version texte des documents, audit ayant conclu à tel niveau de conformité aux normes, exercices adaptés… Le fait d’avoir systématiquement une page accessibilité à renseigner va encourager les équipes à penser au sujet pour ne pas laisser une page blanche ou ne pas avoir à indiquer que rien n’a été prévu.

3. L’humain avant la technique

La troisième clé avancée pendant l’introduction faite à la table ronde, c’est la nécessité à ne jamais perdre de vue l’objectif de l’accessibilité numérique : l’inclusion des personnes handicapées. Il s’agit de permettre à toutes et tous, quelle que soient ses capacités physiques ou mentales, d’accéder à la connaissance via le numérique. Et pour certaines personnes, l’accès à l’université peut être incroyablement complexe. L’accès via le numérique peut être pour certaines personnes un moyen de s’ouvrir à des univers auxquels il ne serait peut-être pas possible d’accéder autrement.

Ainsi, plutôt que de se focaliser sur le respect absolu d’une norme, il est plus pertinent de se focaliser sur un objectif d’inclusion, comme nous l’expliquons dans notre vidéo. Parfois, cela signifiera que la conformité ne sera pas visée pour tous les contenus, car il sera plus adapté de proposer une version alternative (pour un exercice par exemple). Ce qui peut amener à déroger à la norme. D’autres fois, la conformité seule sera insuffisante pour permettre l’inclusion, et des adaptation supplémentaires pourront être recherchées pour accueillir au mieux les personnes ayant des besoins spécifiques. Là encore, même si ce sujet va dépendre du contexte de chaque MOOC, nous pouvons donner deux pistes pour entamer la démarche :

  • donner un contact dédié pour que les apprenants ayant des difficultés se sentent invitées à demander de l’aide. Ce contact pourra être sur la page accessibilité, mais le ton du message sera également important, ainsi que la capacité ensuite à répondre avec réactivité aux demandes envoyées.
  • certains MOOC proposent en introduction un questionnaire pour connaître les attentes des apprenants. Poser clairement la question : «Avez-vous des besoins spécifiques pour lesquels vous pourriez avoir besoin d’aide pour suivre le MOOC ?» est également une façon de recueillir les besoins pour trouver des solutions d’adaptation si nécessaire.

La table ronde ne durait que 30 minutes, mais nous a permis d’aborder un sujet essentiel devant une audience nombreuse et visiblement intéressée. Nous ne manquerons pas d’aborder à nouveau ce sujet passionnant de l’accessibilité de la formation en ligne dans de futurs billets.

D’ici là, n’hésitez pas à nous faire part de vos retours en commentaire !

Aloha !
Armony

2 réponses sur “Comment rendre les MOOC plus accessibles ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.